| | Radar

Un système mondial d'espionnage de téléphones mis au jour

L'arme numérique a été utilisée contre des journalistes, des avocats, des militants et des responsables politiques de plusieurs pays. Dix-sept média ont eu accès à environ 50'000 numéros de téléphone, partagés par l’organisation Forbidden Stories et Amnesty International.

Pourquoi c’est inquiétant. Les numéros de téléphone de cibles potentielles d’un puissant logiciel espion de l’entreprise israélienne NSO Group, baptisé «Pegasus», étaient partagés pour le compte d’une dizaine de gouvernements. Le logiciel, vendu à plusieurs pays tels que le Mexique, l’Inde, le Maroc, l’Indonésie, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan, le Togo, le Rwanda, et Hongrie permet aux gouvernements de pénétrer les téléphones portables de leurs concitoyens mais également de journalistes, avocats, militant et hommes politiques dont des chefs d’Etats, puisque 13 seraient concernés. Emails, photos, mot de passe, messagerie, tout devient alors consultable. D’autres révélations doivent suivent dans les prochains jours. Il pourrait s’agir de la plus grosse histoire de surveillance depuis le scandale de la NSA, révélé par Edward Snowden.

link

Le Monde

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi