| | Radar

Pour des rues propres, Tel-Aviv teste l'ADN des crottes de chien

Promeneur de chien attendant que la pluie passe, au port de Tel-Aviv en Israël. | Keystone / AP / Oded Balilty

Pour obtenir ou renouveler la licence de propriété de leurs chiens, les habitants de Tel-Aviv, en Israël, devront maintenant fournir un échantillon ADN de leurs animaux, rapporte The Jerusalem Post. Le but: pouvoir identifier, grâce au séquençage génétique, à qui appartiennent les crottes laissées sur les trottoirs, et par conséquent envoyer une amende aux propriétaires ne les ayant pas ramassées. Ils seront également facturés pour les frais d’échantillonnage et d’analyse. La loi est actuellement en examen auprès du ministère de l’Intérieur, et en attente d’approbation.

Pourquoi une mesure aussi drastique. Tel-Aviv a l’un des ratios humains/chiens les plus élevés au monde: un habitant sur onze possède un compagnon canin. Chaque mois, la municipalité ramasse environ 500 kilogrammes de déjections dans les rues. Face à cet afflux, elle a déjà mis en place une «Patrouille verte», chargée de verbaliser sur le terrain. Malgré cela, la quantité d’excréments dans l’espace public est en augmentation depuis 2020, ce qui nuit à la qualité de vie en ville, à la fois d’un point de vue esthétique, et pour des raisons sanitaires.

link

Lire l'article du Jerusalem Post (EN)