| | Radar

Le plus grand collecteur de carbone au monde inauguré en Islande – et il est suisse

Le site d'Orca, en Islande. | Climeworks, DR

C’est la plus grande installation de capture de carbone dans le monde. Baptisée Orca («énergie» en islandais), elle vient d’entrer en fonction en Islande, le 8 septembre 2021. Installée sur le site de la centrale géothermique de Hellisheiði, sur un plateau volcanique à l’extrémité sud-ouest du pays, elle permet d’aspirer le CO2 de l’air ambiant. C’est la startup suisse Climeworks, fondée en 2010 à Zurich, qui a conçu et exploite cette technologie. Et c’est le site économique Quartz qui en parle le mieux.

Comment ça marche. Le site de capture est composé de huit unités chargées d’absorber l’air et d’en capturer le carbone, par réaction avec des filtres spéciaux. Celui-ci est chauffé à près de 100 °C pour obtenir du CO2 pur, l’énergie nécessaire au procédé provenant de l’usine géothermique à proximité.

Le carbone est stocké via un procédé de piégeage mis au point par la startup islandaise CarbFix: le CO2 est dissous dans de l’eau et injecté à haute pression dans le sol, où il réagit pour former une roche calcaire non polluante – stable à température normale.

L’intérêt. L’installation Orca a coûté entre 10 et 15 millions de francs, et permet de capturer 4000 tonnes de CO2 dans l’air ambiant par an. C’est l’équivalent des émissions carbone d’environ 800 véhicules, ou de 200 à 300 personnes en Suisse sur une année.

L’effet est donc encore très modeste, mais il s’agit d’une technologie à ses débuts, l’enjeu étant d’augmenter les capacités et de diminuer les coûts d’exploitation.

D’après un des cofondateurs de Climeworks, interrogé par Bloomberg, la société prévoit déjà de multiplier par dix les capacités d’Orca dans les trois ans. La startup zurichoise se donne comme objectif de réduire les émissions globales de carbone de 1% d’ici 2025 – les accords de Paris prévoyant une diminution de 45% d’ici 2030 pour espérer rester sous la barre des 1,5°C.

Pour aller plus loin. Les technologies permettant de capturer le CO2 directement dans l’air ne font pas consensus. Si elles permettent d’obtenir des installations à émissions négatives, elles sont encore coûteuses et d’impact limité. La plupart des experts s’accordent à y voir au mieux un complément intéressant à une nécessaire réduction drastique des émissions carbone.

Le secteur s’organise autour d’un trio de startups leaders: le Suisse Climeworks, le Canadien Carbon Engineering, et l’Américain Global Thermostat. Fondée en 2010 à Zurich, la société Climeworks exploite au total quinze collecteurs de carbone en Suisse et dans le monde, l’installation Orca étant la plus massive. Le marché est encore balbutiant mais suscite beaucoup d’attention ces dernières années.

link

[A lire sur Quartz [EN])( https://qz.com/2055951/climeworks-is-opening-the-worlds-biggest-carbon-removal-machine/ " The world’s biggest carbon-sucking machine is switching on in Iceland")