| | Radar

La piste d'une fuite de coronavirus du laboratoire de Wuhan est relancée

Un agent de sécurité tenait les journalistes à distance lors de l’inspection par les experts de l’OMS du laboratoire suspecté à Wuhan. | Keystone / Ng Han Guan

L’hypothèse d’une fuite accidentelle de coronavirus de l’Institut de virologie de Wuhan comme origine de la pandémie est un hit des thèses complotistes. Pourtant, même si elle n’est pas jugée la plus probable, elle ne doit pas être écartée selon un texte publié le 13 mai dans la revue Science par des scientifiques américains de haut niveau. D’autant moins que cette prise de position s’accompagne de la publication, quelques heures plus tôt, de travaux jusque-là inconnus de chercheurs de l’Institut de virologie de Wuhan, selon Le Monde. Ces travaux remettent en cause les données officielles rendues accessibles par cet institut à propos de ses recherches sur des coronavirus.

Pourquoi c’est délicat. La thèse d’une fuite accidentelle du virus Sars-CoV-2 du laboratoire de Wuhan a dépassé le champ scientifique pour entrer dans celui de la géopolitique et des rapports de force entre la Chine et les autres pays. En mars dernier, le rapport des experts de l’OMS, qui jugeait l’hypothèse de la fuite de laboratoire comme «extrêmement peu probable», avait amené le directeur de l’organisation, Tedros Ghebreyesus, à corriger le tir en appelant à un complément d’enquête. La lettre des scientifiques américains va dans le même sens. Les révélations troublantes dont fait aussi état Le Monde suffiront-elles à obtenir ce complément? L’hypothèse de la fuite de laboratoire n’étant pas la plus probable, la Chine aurait intérêt à laisser se dérouler cette enquête jusqu’au bout. Au risque que, pour la Chine, cette question devienne le sparadrap du capitaine Haddock dans ses relations avec le reste du monde.

link

Lire l’article du Monde